Nuit Blanche
METTANT EN VEDETTE
Le Duo Fortin - Poirier

Dimanche 13 février 2022 à 14H00
À la Salle Rolland-Brunelle
20 Rue Saint-Charles-Borromée S, Joliette

Duo short.jpg

Le programme
Nuit blanche

Le thème de la nuit y est exploré dans toutes ses déclinaisons : le doute, l’angoisse, la passion, la fête, l’amour et le rêve s’y côtoient à travers des œuvres pour piano à quatre mains de grands compositeurs classiques et modernes. Le ballet des quatre mains sur le clavier continue d’émerveiller et de surprendre grâce à une projection sur grand écran tout au long du concert, le tout supporté par la finesse d’une conception d’éclairage signée par Alexandre Péloquin. Au moment où la lumière dorée du crépuscule courtise le bleu profond d’un ciel enveloppant, on sent la nuit qui approche à petits pas. Aux premières notes délicates de Rapsodie espagnole de M Ravel, une atmosphère de magie s’installe : c’est le prélude à une nuit qui promet de faire chavirer mais aussi d’apaiser les âmes. On entendra dans le magnifique extrait d’Orphée et Eurydice de C.W. Gluck une mélancolie déchirante dans laquelle on se laisse bercer par les eaux troubles d’un destin résigné. Les célèbres Danses polovtsiennes de A Borodine plongeront l’auditeur au cœur d’une cérémonie de danses tantôt frénétiques, tantôt douces, tantôt exaltantes, évoquant les chassés-croisés effrénés d’un groupe de noctambules. La seconde partie est dédiée aux œuvres de compositeurs vivants, dont les nombreuses atmosphères reflètent tout ce que peut-être une nuit blanche : angoisse, fête, amour et fantaisie. D’entrée de jeu, Fazil Say nous transporte dans une obscurité oppressante, voire cauchemardesque avec Night. La pièce Entre la veille et le sommeil de la québécoise Maggie Ayotte évoque en douceur cet état de flottement, de vacillement semi-conscient alors que la magnifique pièce Enamorada composée par le pianiste argentin Victor Simon aborde le thème de l’intimité passionnée. La pièce Clockwork d’Alphonso Peduto nous entraînera vers le sentiment d’impuissance face au temps qui passe. Cette nuit blanche fera finalement place à l’éclatante Fiestravaganza du jeune Shaun Choo.

- Rapsodie espagnole, M. Ravel (1875 - 1937)
     1. Prélude à la nuit
     2. Malagueña
     3. Habanera
     4. Feria
- Ballet d'Orphée et Euclide, C.W. Gluck (1714 - 1787) Arr. Greg Anderson
- Le prince Igor - Danses polovtsiennes, A. Borodine (1833 - 1887)
     1. Danse des jeunes filles
     2. Danse des hommes
     3. Danse collective
     4. Danse des garçons
     5. Danse finale
 
- Night, F. Say (1970 - )
- Entre la veille et le sommeil, M. Ayotte (1992 - )
- Enamorada, V. Simon ( 1966 - )
- Nachtmusik ( extrait ), A. Peduto (1987 - )
     1. Clockwork
- Fiestravaganza, F. Choo (1991 - )

Biographies
Les artistes
Duo Fortin-Poirier

Formé des pianistes Amélie Fortin et Marie-Christine Poirier, le Duo Fortin-Poirier s’impose par des interprétations fougueuses à quatre mains, remarquées pour leur grande vitalité. Sa force d’ensemble exceptionnelle est alimentée par une grande affinité dans le jeu de ses deux interprètes, mais aussi par une sensibilité vive et partagée.

Depuis sa formation en 2005, le Duo Fortin-Poirier se démarque au Canada comme à l’international, cumulant les bourses, les premiers prix et les distinctions (1er prix au Concours de musique du Canada, 2e prix au Concorso Pianistico Internazionale Roma en 2013, finalistes au Concours international de piano à quatre mains de Valberg en 2009 et au Liszt 200 Chicago International Duo Piano Competition en 2011 ; mention spéciale du jury au International Edvard Grieg Piano Competition en 2010, bourses des conseils des arts du Québec et du Canada).

Très actif sur la scène nord-américaine, le Duo Fortin-Poirier a créé en 2008 Vingt doigts et un piano, le premier concert classique à avoir été sélectionné pour les Entrées en Scène Loto-Québec (2013-2014). Plus récemment, le duo s’est entre autres produit au Festival de Lanaudière (2015), a joué en tournée dans les Maritimes avec Debut Atlantic (2017), et a présenté le concert Mémoires dans le cadre d’une tournée avec Prairie Debut (2016-2017). Les deux pianistes ont également parcouru l’Ouest américain lors d’une tournée en avril 2017.

Leur représentation du concert Mémoires au festival de musique de chambre Concerts aux Îles du Bic (août 2017), leur a valu deux nominations au dernier gala des Prix Opus du Conseil québécois de la musique tenu en février 2018. Les disques, Vingt doigts et un piano (2013), et Mémoires (2017) sont diffusés régulièrement sur les ondes d’Espace Musique, d’Ici Radio-Canada Première et de Radio-classique.

Amélie Fortin
Originaire de St-Bruno au Lac-St-Jean, la pianiste Amélie Fortin a débuté l’étude du piano à l’âge de 5 ans. Diplômée de l’Université de Montréal où elle a obtenu une Maîtrise en interprétation dans la classe de Paul Stewart, elle se spécialise dans la musique pour piano à quatre mains et deux pianos (D.E.S.S. en duo à l’UdM en 2008) et fonde en 2005 le Duo Fortin-Poirier avec la pianiste Marie-Christine Poirier.

Amélie Fortin est lauréate de nombreux prix et bourses, notamment du Festival de Musique du Royaume, du Concours de Musique Canada, du Festival de l’AEMQ, du Concours de Musique de Sillery, de l’OFQJ, des Caisses Desjardins, du Conseil des Arts et Lettres du Québec et du Canada.

Elle se distingue également à plusieurs reprises au sein du Duo Fortin-Poirier au Canada comme à l’international, cumulant les bourses, les premiers prix et les distinctions (1er prix  au Concours de musique du Canada, 2e prix au Concorso Pianistico Internazionale Roma en 2013, finalistes au Concours international de piano à quatre mains de Valberg en 2009 et au Liszt 200 Chicago International Duo Piano Competition en 2011 ; mention spéciale du jury au International Edvard Grieg Piano Competition en 2010, bourses des conseils des arts du Québec et du Canada).

Depuis 2009, Amélie Fortin travaille pour la Société pour les Arts en Milieux de Santé et donne de nombreux concerts dans les CHSLD avec le clarinettiste Jean-François Normand. En plus de parcourir le monde avec le Duo Fortin-Poirier, elle est également la pianiste d’Angèle Dubeau et la Pietà, de la tournée de La Science du cœur de Pierre Lapointe et de l’Ensemble Vocal Carpe Diem. Depuis 2012, elle incarne le jeune Wolfgang dans le spectacle jeune public La Récréation de Mozart des Jeunesses Musicales du Canada. Elle partage également son temps entre la musique et la photographie, pour laquelle elle se passionne.

Marie-Christine Poirier
Native du Bas-Saint-Laurent, Marie-Christine obtient une Maîtrise en interprétation en mai 2007 dans la classe de Paul Stewart, à l’Université de Montréal. En 2008, elle termine un Diplôme d’études supérieures spécialisées (DESS) en piano 4 mains/2 pianos en compagnie de sa collègue Amélie Fortin (duo Fortin-Poirier) dans la classe de Jean-Eudes Vaillancourt et Paul Stewart. Au cours de sa formation musicale, Marie-Christine a participé à plusieurs classes de maîtres ici et à l’étranger au cours des ses stages au Centre d’arts Orford, à l’Académie Internationale d’été de Nice, à l’Académie-Festival des Arcs en France et auprès du Duo Bergmann à Calgary.

Depuis 2005, elle se distingue auprès du Duo Fortin-Fortin. Les pianistes-duettistes ont remporté de nombreux prix  et reconnaissances au niveau national et international qui les amènent à se produire en France, en Norvège, en Italie et aux États-Unis. En 2013, après avoir remporté le 2e Prix (catégorie 2 pianos) au Concours International de Piano de Rome, elles sortent leur premier disque « Vingt doigts et un piano » qui est entendu régulièrement sur les ondes de Radio-Canada et de Radio Classique Montréal/Québec. Elles sont également boursières du Conseil des Arts du Canada et du Conseil des Arts et des lettres du Québec. Très actives sur la scène québécoise, Amélie Fortin et Marie-Christine Poirier ont créé en 2008 le concert Vingt doigts et un piano qui tourne depuis ce temps aux quatre coins du Québec. Il s’agit du premier concert classique à avoir été sélectionné pour une tournée des Entrées en Scène Loto-Québec en 2013-2014. En 2014-2015, le Duo Fortin-Poirier sera en résidence à la prestigieuse Chapelle Historique du Bon-Pasteur à Montréal et y présentera son tout nouveau concert « Mémoires ».

En plus de partager sa passion musicale en enseignant le piano, on peut entendre régulièrement Marie-Christine en concert tant comme soliste que comme accompagnatrice ou chambriste dans diverses formations musicales.

Les Compositeurs et Compositrices ( à terminer )
Maurice Ravel est né le 7 mars 1875, dans la maison Estebania, quai de la Nivelle à Ciboure, près de Saint-Jean-de-Luz, dans les Basses-Pyrénées. Son père, Joseph Ravel (1832–1908), d'ascendance suisse et savoyarde, était un ingénieur renommé qui travailla notamment à la construction de lignes de chemin de fer et dans l'industrie automobile et étendit les recherches d'Étienne Lenoir sur les moteurs à explosion. Sa mère, née Marie Delouart (1840–1917), femme au foyer après avoir été modiste, était née à Ciboure d'une famille établie dans ce village depuis au moins le XVIIe siècle. Il avait un frère, Édouard (1878–1960), qui devint ingénieur et avec lequel il garda toute sa vie de forts liens affectifs. En juin 1875, la famille Ravel se fixa définitivement à Paris où il décèdera le 28 décembre 1937.

Avec son aîné Claude Debussy, Ravel fut la figure la plus influente de la musique française de son époque et le principal représentant du courant dit impressionniste au début du XXe siècle. Son œuvre, modeste en quantité (quatre-vingt-six œuvres originales, vingt-cinq œuvres orchestrées ou transcrites), est le fruit d'influences variées s'étendant de Couperin et Rameau jusqu'aux couleurs et rythmes du jazz, dont celle, récurrente, de l'Espagne.
Caractérisée par sa grande diversité de genres, la production musicale de Ravel respecte dans son ensemble la tradition classique et s'étale sur une période créatrice de plus de quarante années qui la rendent contemporaine de celles de Fauré, Debussy, Stravinsky, Prokofiev, Bartók ou Gershwin. La grande majorité de ses œuvres a intégré le répertoire de concert. Parmi celles-ci le ballet symphonique Daphnis et Chloé (1909-1912), le Boléro (1928), les deux concertos pour piano et orchestre pour la main gauche (1929-1930) et en sol majeur (1929-1931) et l’orchestration des Tableaux d'une exposition de Moussorgski (1922) sont celles qui ont le plus contribué à sa renommée internationale. Reconnu comme un maître de l’orchestration et un artisan perfectionniste, cet homme à la personnalité complexe ne s'est jamais départi d'une sensibilité et d'une expressivité qui, selon Le Robert, lui firent évoquer dans son œuvre à la fois « les jeux les plus subtils de l’intelligence » et « les épanchements les plus secrets du cœur ».







         BON CONCERT À VOUS

 
DSC02837.JPG